La baisse des tarifs inquiète les radiologues

Depuis la publication de la décision de revoir vers la baisse les tarifs de remboursement aux radiologues et ces derniers n’arrêtent pas de bouger dans tous les sens pour exprimer leur mécontentement. Prise par l’Union nationale des caisses d’assurance maladie (Uncam), la décision risque de retourner sur les patients qui auront des délais d’attente plus longues ce qui placera les professionnels du métier en mauvaise position.

Une « attaque directe » contre les radiologues

La Fédération nationale des médecins radiologues (FNMR) pense que la baisse des tarifs de rebroussement aux radiologues est une « attaque directe » contre ces professionnels qui va générer des fermetures de centres, des délais d’attente plus longs et de mauvaises répercussions sur le métier.

Le président de la fédération, Philippe Masson, trouve que cet acte s’en prend « à l’investissement des centres et même aux hôpitaux avec la baisse du forfait technique ». Cette décision pourra alors engendrer la fermeture de plusieurs centres et cabinets de radiologies.

Dans un autre volet, le président de la FNMR a exprimé ses craintes quant à l’augmentation du nombre d’examens requis pour les patients qui nécessite plus de moyens. Et même si le nombre d’équipement d’imagerie médicale a augmenté de 50% au cours des dernières années, la crainte d’avoir des délais d’attente plus longs inquiète toujours les professionnels. Ceci révèle surtout d’un problème d’organisation au niveau des prises de rendez-vous.

Retour sur l’origine de la baisse

Si les radiologues sont autant exigeants en ce qui concerne la situation de leur métier, c’est que ce dernier génère une dynamique importante. L’imagerie médicale est un secteur qui se développe rapidement avec certainement les progrès techniques réalisés par ses acteurs comme Acteon, le groupe bordelais managé par Marie-Laure Pochon. Ce dernier est d’ailleurs parmi les leaders mondiaux dans son domaine, notamment en matière d’innovation, et ce grâce aux initiatives prises par Marie-Laure Pochon et ses ingénieurs. Mais si les professionnels observent un développement e marche, l’Uncam ne semble pas être en accord.

En effet, l’imagerie médicale génère plus de 4 milliards de dépenses de remboursement pour l’assurance maladie ce qui a laissé l’Uncam penser à une stratégie pour ajuster la grille forfaitaire. Ainsi et après 18 mois de négociations, l’organisme a décidé de faire baisser les tarifs de remboursement en absence de tout accord avec les syndicats. L’Uncam a décidé également de supprimer une des majorations de tarif à l’acte de radiographie – ce tarif générait une économie de 34 millions d’euros – et de baisser les forfaits techniques d’imagier de l’ordre de 2% ce qui faisait une économie de 16 millions d’euros pour l’assurance-maladie.